Éruption du Kilauea à Hawaï: évolution et impacts sur votre voyage

Rédigé par Flo Mis à jour le 19/06/2018

Si vous suivez un minimum les actualités, il ne vous a sûrement pas échappé que l’activité du volcan Kilauea à Hawaï, qui était plus calme qu’à l’habitude ces derniers mois, s'est largement accrue depuis début mai 2018, avec des conséquences importantes pour l'île de Big Island et sa population.

Flash infos

Mise à jour du 19/06/2018 : Les écoulements de lave de la fissure 8 ne varient pas en intensité et ont engendré une extension de la Kapoho Bay qui atteint désormais 1.2km. Les spécialistes de l’USGS (United States Geological Survey) estiment que l’extension sera définitive car la nature de la lave et les fonds hauts dans ce secteur permettent une bonne assise de l’extension. Les fissures 16 et 18 continuent de produire un peu de lave et la fissure 6 reprend du service de façon limitée. Le sommet du Kilauea a de nouveau été secoué hier matin par un séisme qui a engendré un léger panache de cendres. La zone reste très instable entre les vapeurs, les fissures et les éboulements qui évoluent constamment. En ce qui concerne la qualité de l’air sur Big Island, le secteur de Kona est à éviter pour le moment pour les plus sensibles.

Voici également une vidéo réalisée par l'USGS qui explique et retrace les différents événements depuis début mai.

Mise à jour du 17/06/2018 : Peu d'évolution notable ces derniers jours: l’activité de la fissure 18 est toujours aussi intense et l’île continue de s’agrandir au niveau de Kapoho. Les fissures 16 et 18 génèrent un peu de lave qui se contente de suivre la trace de la précédente coulée, aucune incidence donc. Une de nos fidèles lectrices, Elodie, est actuellement sur place et nous la remercions pour son retour: elle nous a fait part, même au nord de Big Island, de la présence du VOG (brouillard volcanique) qui donne la sensation d'un ciel couvert sur une grande partie de l'île malgré le beau temps, attention également pour les plus sensibles qui pourraient être indisposés par les particules.

Mise à jour du 14/06/2018 : Les fissures 16 et 18 se sont ré-ouvertes et produisent à nouveau une faible quantité de lave. Le fleuve de lave principal alimenté par la fissure 8 poursuit toujours sa course vers l'océan et construit peu à peu un nouveau plancher, agrandissant l'île au sud de Kapoho. La zone de contact avec l'océan est très large (environ 1,5 km). Des excursions en bateau bien encadrées sont organisées pour ceux qui sont sur place et souhaitent voir la lave entrer dans l'eau (n'y allez pas seul, il y a un fort risque d'explosion de la lave au contact de l'eau et un dégagement très toxique). Les émanations de gaz depuis la fissure 8 se sont intensifiés ces derniers jours et les vents changeant exposent les zones centre, sud et ouest de Big Island au VOG (particules légères pouvant provoquer des irritations chez les personnes sensibles). Pour en savoir plus sur le VOG, la carte des zones touchées et les risques associés, vous pouvez consulter ce site (en anglais): https://vog.ivhhn.org/ 

Mise à jour du 12/06/2018 : La situation se stabilise au niveau de la fissure 8 qui continue de d'alimenter le fleuve de lave qui se jette dans l'océan à Kapoho. Au niveau du Kilauea, une 22ème éruption explosive a été enregistrée cette nuit, toujours en concordance avec les séismes très réguliers. Le plateau qui se situe au niveau de l'ancien lac de lave du Halema’uma’u dans la caldeira du Kilauea s'est affaissé de 40 mètres. L'ensemble de la zone est sur haute surveillance.

Mise à jour du 10/06/2018 : Peu d’évolution aujourd’hui par rapport à la situation d’hier, la fissure 8 alimente toujours au même rythme la coulée vers Kapoho et agrandit petit à petit l’île. Les autorités s’attendent à voir la coulée « déborder » au niveau du croisement de la route 132 et de la Pohoiki Road au nord-ouest de la centrale PGV. Celle-ci pourrait malheureusement venir engloutir le sympathique Lava Tree State Park.

Mise à jour du 09/06/2018 : La fissure 8 qui s’était calmée ces dernières heures a repris du service avec une activité similaire à ce qui a été observé ces deux dernières semaines, continuant l’expansion de l’île dans le secteur de Kapoho et engendrant une large colonne de vapeurs toxiques. L’USGS (United States Geological Survey) parle désormais de 600 bâtiments détruits depuis le début de l’activité. Plusieurs fissures de la partie ouest semblent regagner en activité (fissures 9, 10, et 24) avec une augmentation du dégagement de vapeurs. Bien que ne pouvant pas prévoir ce qu’il peut se passer dans les jours / semaines à venir, les autorités n’excluent pas que d’autres fissures puissent à nouveau générer de la lave, voire apparaître dans le secteur de la Lower East Rift Zone. L’activité sismique au Kīlauea pourrait bien être le signe d’une pression souterraine en augmentation dans toute la zone, sans certitude aucune. En parlant du Kīlauea, les environs du cratère Halema’uma’u sont parcourus par un nombre grandissant de fissures à mesure que la zone est secouée pas des tremblements de terre, et le constat est fait qu’au plus près de la caldera, des parties du sol sont en train de s’affaisser, dans la continuité de ce qui a été observé jusque-là avec l’effondrement sur lui-même du cratère. 

Mise à jour du 08/06/2018 : La coulée générée par la fissure 8 continue son travail de sape dans le secteur de Kapoho, ne laissant du répit que pour une trentaine d’habitation au nord, mais pour combien de temps ? L’expansion la plus importante se trouve au niveau des Tidepools au sud. Les autorités surveillent de près la partie nord de la coulée, craignant une fissure ou un effondrement du « lit » de lave solidifié qui sert de canal à l’actuelle coulée qui prend la direction de Kapoho.

Le Kilauea n’est pas en reste avec des explosions quotidiennes équivalentes à des magnitudes proches de 5/6, qui modifient constamment la topologie du cratère Halema’uma’u. Statu quo au niveau des routes, il est toutefois à noter que la Chain of Craters Road, fermée depuis les coulée du Pu’u O’o dans les années 80, vient d’être rétablie entre la Holei Sea Arch à l’ouest et Kalapana à l’Est par les autorités, uniquement dans le cadre d’une évacuation si les fissures les plus à l’ouest (9, 10, 11 et 12) venaient à couper la route 130.

Mise à jour du 07/06/2018 : Au même titre que la Kapoho Bay avant-hier, la zone des Tidepools et son incroyable diversité de coraux et bancs de poissons, n’est plus. La déesse Pele (prononcer Pélé) a repris ce qu’elle a donné de nombreuses années auparavant. La coulée continue de ravager la zone et de détruire les maisons, anéantissant les derniers espoirs des habitants qui ne peuvent qu’observer à distance leurs vies partir en fumée. Nos pensées vont vers eux.

La fissure 8, toujours seule à produire de la lave, continue donc à alimenter le flot qui progresse un peu moins vite sur le Pacifique (1.3km pour le moment), se heurtant à une profondeur du plancher océanique plus importante. Selon l’USGS (United States Geological Survey), la fissure 8 produit entre 6 et 9 millions de mètres cubes de lave par jour, c’est entre 15 et 25 fois ce qu’avait l’habitude de produire le Pu’u O’o ces 35 dernières années ! Au sommet du Kilauea, le cratère Halema’uma’u n’en finit plus de s’agrandir, et laisse penser que le lac de lave ne sera pas de retour.

Pour finir, quelques chiffres intéressants qui concernent la période du 4 mai au 4 juin, glanés sur le site de l’USGS : 2000 hectares : c’est la surface qui a été recouverte de lave en 30 jours ; 24 : le nombre de fissures ; 4 : les coulées qui ont rejoint l’océan Pacifique ;  600 mètres par heure : la vitesse d’avancée maximum de la lave enregistrée ;  76 mètres : la plus haute fontaine de lave mesurée ; 9150 mètres : le plus haut dégagement de cendres du Kilauea ; 6.9 : la magnitude du tremblement de terre le plus fort ; 9900 : le nombre de tremblements de terre sur ces 30 jours ; 90% du Kilauea a été recouvert de lave ces 1000 dernières années ; 1960 est l’année de la plus récente coulée dans la zone d’activité actuelle ; 36 est le nombre de jour qu’avait duré cette coulée ; 1983 l’année du début de l’entrée en activité de la Lower East Reef zone.

Mise à jour du 06/06/2018 : C’est le cœur serré que nous avons appris ce matin que les Kapoho Tidepools sont peut-être en train de vivre leurs derniers instants, désormais à la merci de la lave que dégage sans relâche, mais de façon moins intense que ces derniers jours, la fissure numéro 8. Cette lave qui a fait disparaître la très belle Kapoho Bay des cartes hier, avance désormais dans l’océan peu profond à cet endroit, engloutissant les magnifiques coraux qui peuplaient la baie L’extension mesure à l’heure où j’écris ces lignes, près d’un kilomètre et ne cesse de s'agrandir. Le bilan provisoire est lourd pour Kapoho : une grande partie des plus de 350 maisons se trouvant à Kapoho Beach Lots ont été détruites, et la quasi-totalité de celles situées à Vacation-Land se sont fait engloutir par la lave. C'est un petit coin de paradis qui vient de disparaître. Le sommet du Kilauea a de nouveau été secoué par un fort séisme de 5.5, engendrant un large panache de fumée. Il faut s’attendre à ce que ce phénomène se reproduise dans les prochaines heures.

Mise à jour du 05/06/2018 : Les épanchements de lave de la fissure 8 ont désormais atteint l’océan à hauteur de Kapoho, au cœur de la baie, préservant pour le moment les Tidepools. En résultent une disparition quasi complète de la baie, ainsi qu’une nouvelle émission de « laze », ce dégagement toxique provoqué par la rentrée de la lave dans le Pacifique. La fissure 18 a repris du service, faisant planer la menace d’une reprise de la coulée de la semaine dernière en direction du Ahalanui Park. Les fissures 9, 10, 11 et 12 continuent de laisser échapper des vapeurs toxiques et sont toujours sous haute surveillance, surtout après la journée d’hier et avant-hier où plus de 500 séismes ont été enregistrés en l’espace de 24 heures, un record dans l’archipel. Aucune évolution notable en ce qui concerne les routes, les barrages n’ont pas bougé par rapport à hier.

Mise à jour du 04/06/2018 : La fissure numéro 8 est désormais la seule à produire de la lave. Cette lave a pris la direction du nord-est, contournant la centrale PGV et se dirige tout droit vers Kapoho à l’Est en empruntant temporairement le trajet de la coulée de 1960, recouvrant au passage Four Corners (carrefour entre les routes 132 et 137). Depuis hier, la coulée a ravagé 1/4 des habitations de Kapoho, faisant également disparaître le magnifique Green Lake en l’espace de 3h (profond lac niché dans le cratère Waiapele ou « Lac de Pele », situé à l’ouest de Kapoho). Le front de la coulée est très large et se dirige désormais vers l’un des endroits les plus beaux et paradisiaques de Big Island. Le secteur de Kapoho abrite plusieurs baies magnifiques bordées d'une végétation luxuriante mais également les célèbres Kapoho Tidepools, ces piscines naturelles tapissées de magnifiques coraux qui sont à nos yeux le plus beau spot de snorkeling d'Hawaii. La lave file tout droit vers le quartier résidentiel de Vacationland Hawaii menaçant d'engloutir d'ici quelques heures plusieurs dizaines de nouvelles maisons. Les fissures les plus à l’ouest (9, 10, 11 et 12) sont surveillées de près car un regain d’activité y a été constaté: les fissures se sont agrandies en largeur et les vapeurs dégagées se sont intensifiées, laissant penser à un prochain épanchement de lave. Les éruptions explosives quant à elles continuent au sommet du Kilauea, dans un Volcanoes National Park toujours fermé au public. Ce matin (en France) un nouveau séisme de magnitude 5.5 a secoué le Volcanoes NP engendrant un gros panache de fumée. Du côté des routes, la 137 est maintenant coupée au niveau de Koae, la 132 est interdite de bout en bout, et c’est également le cas pour la Kamaili Road.

Mise à jour du 01/06/2018 : Les coulées situées le plus au nord et issues des fissures 7 et 8, se dirigent vers la petite bourgade de Kapoho, une zone résidentielle qui abrite les Kapoho Tide Pools et qui a dû être partiellement évacuée. Sur le front Est, la coulée progressant vers Ahalanui Park se trouve toujours à 800 mètres de la piscine d’eau chaude. Au niveau du Kilauea, la situation reste préoccupante : le cratère du Halema’uma’u continue de s’effondrer passant de 4.8 hectares (12 acres) à l’origine 7.6 hectares (19 acres), ce qui laisse supposer qu’en cas d’explosion, les éjectas risquent d’être plus nombreux et plus dangereux. Le dégagement de fumée lui, reste continu.

D’un point de vue sécurité, deux événements majeurs ont eu lieu ces derniers jours : lundi un couple de new-yorkais a été pris la main dans le sac à tenter de pénétrer dans des zones interdites pour s’approcher des coulées. Ils sont désormais entre les mains de la justice et sont accusés de s’être attardés dans une zone interdite et dangereuse, et de n’avoir pas obtempéré. Ils risquent de servir d’exemple pour décourager ceux qui voudraient en faire autant. Le second fait implique 2 personnes habitant les Leilani Estates : un homme de 32 ans qui a eu sa maison détruite par la lave était en train de montrer les dégâts à des amis lorsqu’un homme de 61 ans s’en prit violemment à eux leur demandant de partir dans un premier temps, pensant avoir affaire à des badauds. Puis leur tira dessus dans un second temps, sans faire de victime. Cela montre que la tension est grande près des coulées et que les gens, en plus de l’inquiétude générée par les événements naturels, doivent faire face à des personnes qui peuvent être mal intentionnées (une tentative de cambriolage a également été avortée peu de temps après les premières évacuations des Leilani Estates).

Mise à jour du 31/05/2018 : Les fissures 7 et 8 continuent d’alimenter les coulées de lave qui contournent la centrale PGV par le nord. Les fissures 15 et 22 déversent encore et toujours de la lave qui prend le chemin de l’océan, et enfin la fissure 18 pousse une coulée à l'Est qui se dirige droit vers l’océan et est actuellement à 800m du Ahalanui Park et sa piscine d’eau naturellement chaude.

Mise à jour du 30/05/2018 : La fissure numéro 7 ne produit plus de lave, la 8 quant à elle, la seule active à l’ouest, n’a pas un débit suffisant pour inquiéter les autorités qui ont décidé de laisser les habitants de la partie ouest des Leilani Estates revenir chez eux en ouvrant la route 130. En partie Est, les fissures actives ne sont plus qu’au nombre de 3 : les 19 et 22 qui alimentent le flot de lave vers l’océan, et la 18 qui étend le champ de lave vers le sud-est. Statuquo sur l’ouverture des routes hormis la route 130 qui a rouvert. Le Department of Transportation d’Hawaï réfléchit actuellement à une route d’évacuation au niveau de l’ancienne route recouverte de lave Chain of Craters Road en cas de coupure de la route 130 par de la lave. Situation au Kilauea : des vues satellite montrent un effondrement supplémentaire dans le cratère désormais vide mais toujours fumant du Halema’uma’u, faisant craindre de gros dégâts en cas de grosse explosion de la poche de gaz prisonnière des débris.

Mise à jour du 29/05/2018 : L’avancée de la lave au niveau des fissures 20 (20 et 21) sur la centrale de Puna est pour le moment arrêtée. Elle recouvre désormais 2 puits du complexe, sans faire plus de dégâts (crainte de présence de sulfure d’hydrogène, finalement absent). Des moyens ont été mis en œuvre dimanche pour contrer au maximum les éventuelles coulées par la mise en place de 90 tonnes d’argile. Les fissures sont désormais au nombre de 24. Sont actives les numéros 7 (débit de lave important au niveau de celle-ci), 8, 21 et 24 situées dans la partie Est des Leilani Estates, les 6 et 13 à l’extrême Est du lotissement, et les 18 et 20 (divisée en 2 écoulements Est et Ouest) au niveau de la centrale PGV (Puna Geothermal Venture). Un nouveau point d’entrée de lave dans le Pacifique est attendu au sud des coulées actuelles.

Situation au niveau des routes : des barrages filtrants sont installés au niveau de Pahoa sur la route 130 qui mène à Kalapana, à plusieurs endroits sur la route 132 qui mène de Pahoa à Kapoho, et enfin sur la route 137 qui va de Kapoho à Pohoiki. A moins d’être résident, ou encore journaliste avec des accréditations spéciales, vous ne pourrez pas vous approcher des coulées. Les routes totalement fermées sont la Pohoiki Road de la 132 à la 137, la route 137 de Pohoiki à Opihikao, la Kamaili Road de la 130 à la 137, et toutes les routes au sud/sud-est des Leilani Estates.

Les zones d’évacuation : jusque-là, seule la partie Est des Leilani Estates était concernée par l’évacuation. C’est désormais tout le lotissement qui est désert. Sont concernées également les habitations situées aux abords de la Alaili Road ainsi qu’autour du « Steam Vent Inn » par précaution car situées dans l’alignement des fissures déjà ouvertes.

Voici enfin une superbe vidéo qui montre l'activité de l'éruption et l'étendue des coulées de lave. Absolument fascinant!

Mise à jour du 26/05/2018 : La fissure 22 inclue dans ce que les autorités appellent le "fissures twenty complex", située près de la centrale PGV, a déversé de la lave à 100 mètres de la centrale sans pour autant être un danger immédiat (les substances les plus sensibles ont été évacuées il y a déjà plusieurs jours par précaution). Sur le front du Kilauea, les vapeurs qui s'en échappent sont désormais continues. Un séisme de magnitude 4.4 a secoué la région du Volcanoes NP ce vendredi 25 dans l'après-midi.

Mise à jour du 24/05/2018 : Suite à un séisme de magnitude 3.5 dont l’épicentre est situé au niveau du Volcanoes NP, des fissures sont apparues sur la Highway 11 entre les mile-marker 28 et 29, près de l’entrée du parc. Pas d’impact sur la circulation, les autorités appellent tout de même à la prudence.

Mise à jour du 23/05/2018 : Une nouvelle explosion a eu lieu au Halema’uma’u Crater cette nuit, plus grosse que la précédente, qui a engendré un panache de fumée s’élevant à 30000 pieds soit 9 km. Les scientifiques s’accordent à dire que ces explosions ne sont que le début d’une série de « pré-explosions » et s’attendent toujours à une grosse explosion « the big event ».

Le point sur l'évolution de l'activité du Kilauea depuis début mai 2018

Tout début mai, des fissures se sont ouvertes dans le quartier résidentiel de Leilani Estates, situé à l’est de l'île, à 25 km du cratère actif du Pu’u O’o et 42 km du Kilauea, obligeant les habitants à fuir leurs maisons. Ces fissures sont aujourd’hui, mardi 22 mai 2018, au nombre de 22 et sont localisées le long de la « Lower east riff zone ».

En résultent des émanations de dioxyde de souffre (SO2), quelques épanchements de lave visqueuse dans un premier temps, affectant essentiellement le quartier résidentiel de Leilani Estates et ayant entraîné la destruction d'une quarantaine de maisons, ainsi que des fontaines de laves dans un second temps, dont les plus actives sont situées au niveau des fissures les plus récentes, au nord-est de la zone touchée.

Le débit de la lave provenant de ces fontaines est assez soutenu et plus liquide que ce qui a été observé ces dernières années. En conséquence, la lave a atteint dimanche 20 mai 2018 l’océan Pacifique. Le contact de la lave dans l’océan engendre de larges panaches de fumée et un dégagement d’acide chlorhydrique (HCl).

C’est un phénomène connu car depuis plusieurs décennies, les coulées du Kilauea étaient responsables du panache blanc visible à plusieurs kilomètres à la ronde: voir notre article sur le Volcanoes NP et nos vidéos de mai 2017. Mais ici, les autorités sont inquiètes car le phénomène, en partie lié à la viscosité de la lave, est beaucoup plus important et actif.

Il est à signaler également que l’écoulement de lave est bien plus large que les coulées habituelles provenant du Pu’u O’o, prenant la forme d’un fleuve de 6 mètres d'épaisseur sur plusieurs dizaines de mètres de large. De cette largeur découle la violence du phénomène, le point de contact avec l’océan se concentrant sur deux points beaucoup plus larges que ce qui était connu jusque là au Pu'u O'o.

Un autre phénomène est également à prendre au sérieux: le dégagement de méthane dû à la combustion de la végétation avec la lave, la zone traversée par les coulées étant assez boisée.

De plus, depuis le début du regain d'activité, la zone située entre le Volcanoes National Park et la pointe sud-est de la région de Puna sont sujettes quotidiennement à de nombreux séismes dont l'intensité peut varier. La secousse la plus élevée a été enregistrée le 04 mai 2018 avec une magnitude de 6.9.

Enfin voici une vidéo très bien faite (en anglais) qui retrace l'évolution de l'activité et des coulées depuis fin avril jusqu'au 14 mai (avant que les rivières de lave ne se forment et atteignent l'océan).

Le volcan Kilauea sous haute surveillance: la crainte d'une éruption explosive

Le Kilauea pour sa part, est sous haute surveillance. Il l’est en permanence, mais cette fois-ci, d’autres conséquences des écoulements de lave à l’est sont à prévoir: les scientifiques présents sur place prédisent une forte explosion. Cette crainte est assez simple à comprendre en découpant le phénomène récent par étapes :

  • Le Halemaʻumaʻu (le cratère principal dans la caldiera du Kilauea) est habituellement rempli de lave (lac de lave que l'on pouvait voir depuis le Jaguar Museum dans le Volcanoes NP).
  • Les fissures de Leilani Estates ont provoqué une baisse du niveau du lac de lave, étant situées sous le niveau du Halemaʻumaʻu (phénomène des vases communicants).
  • Le cratère du Halemaʻumaʻu s'est alors totalement vidé, sa lave ayant été comme aspirée par le bas, et des morceaux de ses parois se sont effondrés, bouchant le fond du cratère.
  • Un phénomène de flammes bleues au niveau des fissures de Leilani Estates prouve la présence de gaz dans cette lave qui s'écoule toujours sous la caldeira du Kilauea.
  • Du gaz sous pression a donc de grandes chances d’être emprisonné entre le flot de lave souterrain et les éboulis au fond du cratère du Halemaʻumaʻu.
  • Cette poche de gaz pourrait exploser à cause de la pression et de la chaleur provoquée par la lave.

Pour mieux comprendre, voici 2 schémas maison (de toute beauté) qui expliquent mieux l'évolution de la situation avant et après les récents évènements. Vous comprendrez aussi pourquoi la fin de l'activité n'est pas prévisible.

Pour appuyer la prévision d'une probable explosion, une première explosion est survenue le 18 mai 2018, dégageant une épaisse fumée noire et recouvrant les alentours du Kilauea d'une très fine pellicule de cendres. D'après les scientifiques, cette explosion n'est qu’un aperçu de ce que pourrait donner l’explosion finale. Certains parlent de blocs de roches de la taille d’un bus qui pourraient être expulsés du Halemaʻumaʻu. C'est pour cette principale raison que le Volcanoes National Park a été fermé au public.

Le 23 mai 2018, une nouvelle explosion a eu lieu au Halema’uma’u Crater, plus grosse que la précédente, qui a engendré un panache de fumée s’élevant à 30000 pieds soit 9 km. Les scientifiques s’accordent à dire que ces explosions ne sont que le début d’une série de « pré-explosions » et s’attendent toujours à une grosse explosion « the big event ».

Quel est l’impact de l’éruption du Kilauea sur la circulation et les routes ?

La situation au 04/06/2018:

  • Des barrages filtrants sont installés au niveau de Pahoa sur la route 130 qui mène à Kalapana.
  • La route 132 est désormais recouverte de lave à plusieurs endroits, elle est donc interdite de bout en bout.
  • Concernant la route 137, la Kamaili Road au sud n'est ouverte que que Kalapana à Opihikao, elle est ensuite fermée car également recouverte à plusieurs endroits par les coulées. Sur la partie nord, la route 137 elle est désormais coupée au niveau de Koae.
  • Tout le secteur de Kapoho n'est plus atteignable, des coulées encerclent la zone de part et d'autre et ont coupé toutes les routes d'accès.
  • A moins d’être résident, ou encore journaliste avec des accréditations spéciales, vous ne pourrez pas vous approcher des coulées.

Voici le lien d'une carte qui est mise à jour en temps réel, indiquant les emplacements des checkpoints et l'avancée des coulées de lave: https://hawaiicontygpis.maps.arcgis.com/apps/webappviewer/index.html

Mon voyage à Hawaï est prévu pour bientôt, dois-je annuler ?

Si votre voyage avait pour unique but de vous rendre au Volcanoes National Park (voir notre article dédié ici), alors la réponse est oui. Le Volcanoes NP est fermé jusqu’à nouvel ordre, pour les mêmes raisons que celles exprimées dans le précédent paragraphe. A ce jour, le risque étant toujours présent, il n'y a aucune date annoncée pour la ré-ouverture du parc, même partielle.

Dans tous les autres cas, si vous aviez prévu de passer plusieurs semaines de détente à Hawaii, pas de panique et surtout n'annulez pas votre voyage!! Pour vous rassurer, c'est d'ailleurs ce même message que relayent les autorités hawaiiennes, comme indiqué sur un récent communiqué officiel en date du 21 mai 2018.

Pour mieux comprendre, le Kilauea est situé au sud de l'île de Big Island et les phénomènes dangereux sont localisés à l’extrême sud-est de l’archipel et de l'île de Big Island. La partie nord de l'île, le Mauna Kea, les villes d'Hilo et de Kona ne sont pas touchées par l'éruption. Par contre, en fonction des vents, il faut savoir qu'un voile blanc plus ou moins opaque pourra recouvrir localement le ciel de Big Island en fonction des émanations. 

L'image ci-dessous montre avec humour la taille réelle de zone impactée par les coulées (à droite), contrairement à ce que beaucoup s'imaginent (à gauche).

Les autres îles étant plus lointaines, elles sont épargnées par l'éruption, sauf lorsque les vents ont décidé de tourner. Dans ce cas, les personnes sensibles pourraient éventuellement être dérangées par la présence de particules dans l'air. Les symptômes peuvent être des maux de gorges, un larmoiement des yeux... Quelques rares cas ont été reportés sur les autres îles, pendant des durées courtes, mais rien d'alarmant pour vous inquiéter.

Si vous êtes dans l'archipel, tenez-vous donc informé de l’évolution la qualité de l’air. Pour ce dernier point, l’USGS (United States Geological Survey ou Institut d’Etudes Géologiques des Etats-Unis) recommande ce site : http://mkwc.ifa.hawaii.edu/vmap/hysplit/  Un vent de nord / nord-est vous permettra de ne pas trop vous inquiéter de la qualité de l’air, que ce soit sur Big Island ou sur les autres îles de l’archipel. 

Pour résumer, il n’y a pas de raison d’annuler votre voyage, les phénomènes étant localisés à l’extrême sud-est de l’archipel. Si toutefois vous préférez éviter Big Island, vous pourrez en profiter pour découvrir ou passer plus de temps sur l'une des autres îles de l'archipel!

Si vous avez prévu de vous rendre sur Big Island

Afin d'éliminer tout risque d'une éruption explosive, nous vous recommandons d'éviter pour le moment de séjourner dans la zone autour du volcan (près du Volcanoes NP et la région de Puna). Mais la situation pouvant rapidement évoluer, nous vous recommandons de prendre un hébergement avec annulation. Ainsi si l'éruption se calme, que le risque d'éruption explosive est levé et que le Volcanoes NP ré-ouvre, il serait bien dommage de ne pas profiter du coin. 

Une fois sur place, vous pouvez consulter l'évolution de la situation en temps réel sur ce site officiel (en anglais): http://www.hawaiicounty.gov/active-alerts. Enfin, respectez scrupuleusement les conseils des autorités en n'approchant pas des coulées (l’armée présente sur place y veillera).

Par contre, vous allez probablement devoir faire l’impasse sur des petits coins sympathiques comme le Ahalanui Beach Park (piscine d’eau naturellement chaude), ou même vous rendre à Kalapana pour observer l’entrée de la lave dans l’océan. Le mieux est de se renseigner auprès des autorités avant de tenter l’aventure.

Cet article sera mis à jour au fil de l’évolution sur place et des informations que nous arrivons à glaner.

Vous ne voulez pas rater nos prochaines publications? Il y a plein de moyens pour nous suivre!
Comment suivre Smartrippers ?

Commentaires
14 Commentaires
  1. Author avatar
    Elodie
    17/06/2018

    Coucou ! Envoyés spéciaux en direct de kona xD . Nous confirmons que le VOG est bien la et il touche également une grosse partie de la cote nord. Seul l’extrême nord, vers pololu, est épargné. Mais cela ne nous empêche pas de bronzer, et d’avoir passer une super journée !!!

    • Smartrippers avatar
      Smartrippers
      17/06/2018

      Merci beaucoup Elodie pour ton retour en live que l'on a retraduit dans notre dernière mise à jour :-) C'est super utile !! Profitez-bien et j'espère que vous ne serez pas trop incommodés.

  2. Author avatar
    Muriel et jean-françois
    09/06/2018

    Bonjour, Merci pour ce blog que nous suivons très très régulièrement et aussi pour les nouvelles "fraiches"... concernant l'évolution de l'activité volcanique qui nous questionne beaucoup! Nous sommes des toulousains en approche des vacances! et partons en juillet (le 21) sur hawaïi et avons (avions!) plannifier 7 nuits sur big island (kona 3 nuits puis 4 à keaau en bord de mer légèrement au sud de Hilo). Les dernières nouvelles ne sont pas très bonnes sur la partie sud-est et on se demande s'il ne vaut pas mieux de passer plus de temps sur les autres îles au lieu de vivre ces vacances à l’affût des nouvelles des autorités locales. En tous cas merci encore pour ce blog magnifique Muriel et jean-françois

    • Smartrippers avatar
      Smartrippers
      10/06/2018

      Bonjour Muriel et Jean-François et merci pour votre fidélité chers voisins! Il me semble clair qu’en partant en juillet, même si la situation venait à s’améliorer du jour au lendemain, la zone éruptive et le Kīlauea ne seront pas prêts à accueillir à nouveau des visiteurs. En effet, les travaux qui sont à réaliser pour sécuriser le Volcanoes NP sont importants et les coulées récentes seront encore instables.

      Si c’est de la qualité de l’air qu’il s’agit, je ne suis pas sur place, mais les autorités on l’air de prendre les choses au sérieux et sont vraiment au point quand il s’agit d’informer la population quand une situation risque de devenir « limite », les hawaiiens en ont l’habitude. Pour le moment, de mémoire, il n’y a eu qu’une petite alerte qui n’a duré que très peu de temps dans la zone de Kona, le vent a majoritairement tendance a prendre une direction nord-est sud-ouest grâce aux pentes du Mauna Loa.

      Quel conseil vous donner? Je pense que Big Island a assez de ressources pour que vous soyez occupés pendant 7 jours. Pour notre part, nous avons consacré 8 jours à Big Island, dont 2 jours et demi dans la zone Volcanoes / Puna / Kapoho. Avec le recul, il nous a manqué 1 jour dans le nord et environ 1,5 jours pour découvrir les jolies plages et baies au nord de Kona. On en revient donc à 8 jours idéaux pour découvrir Big Island en excluant la partie "inaccessible" du moment. La décision n’est pas évidente à prendre, mais quoiqu’il arrive, chaque île a ses propres richesses et pour moi il n’y a pas de mauvais choix!

  3. Author avatar
    Aurélie
    06/06/2018

    Bonjour! Nous avons réservé en Janvier notre voyage à Hawaii pour 3 semaines en Septembre (Oahu puis Big Island). Ce sera notre première fois à Hawaii, nous sommes impatients!! Votre site est super, une mine d'info! Merci à vous de nous donner des nouvelles quasi quotidienne depuis l'éruption du Kilauea C'est vrai qu'à distance les nouvelles nous apparaissent catastrophiques donc c'est bien de pouvoir savoir qu'elle est la situation exacte. Je suis donc attentivement vos mises à jour ;)

    • Smartrippers avatar
      Smartrippers
      06/06/2018

      Bonsoir Aurélie et merci de nous suivre assidûment! Malgré ce qu’il se passe, vous allez vous régaler! Hawaii a une richesse naturelle et culturelle incroyable et la vie continue au-delà de la partie sud-est de Big Island. Même si le Volcanoes National Park n’a pas rouvert en janvier (mais je reste plutôt optimiste), vous aurez quand même de quoi vous régaler sur Big Island tant les contrastes y sont impressionnants.

  4. Author avatar
    Sandrine
    06/06/2018

    Chaque matin depuis 1 mois maintenant, je regarde les news sur Youtube pour voir comment évolue la situation et je suis anéantie par l'ampleur de la catastrophe.. La fissure 8 fait plus de dégâts à elle seule que toutes les autres réunies... Kapoho Bay est devenue Kapoho Point. ! J'essaye d'en rire mais cette baie était juste magnifique. C'était un site exceptionnel à jamais perdu. J'ai prévu de revenir à Hawaii en Octobre pour mon 5 ème séjour dans l'archipel et de passer une petite semaine sur BI en espérant que les choses se soient un peu calmées d'ici là. Mais l'aventure ne sera pas la même si la partie sud de l'ile est à éviter. Du coup je n'ai encore rien réservé. C'est un vrai casse tête, que faire...? Heureusement qu'il existe des assurances annulations ! Enfin on croise les doigts, d'ici 4 mois il peut s'en passer des choses ;-) Et un grand merci pour vos articles, toujours très complets. Je suis fan ! Mahalo

    • Smartrippers avatar
      Smartrippers
      06/06/2018

      Bonsoir Sandrine, merci pour les compliments! Effectivement on essaie de rester objectif pour ne rapporter que les faits sur le site, mais nous sommes également dévastés tant nous sommes tombés amoureux de ce petit coin de paradis qu’était Kapoho... :(

      Il faut se convaincre que c’est finalement la nature qui donne et qui reprend et que nous sommes juste de passage pour profiter de ce qu’elle a à nous offrir. Ce qui se passe actuellement s’est produit bien avant notre arrivée déjà, et a donné la baie de Kapoho, mais également tout ce qui est et sera sur l’archipel. Comme disent les américains, c’est la vie!

      Pour la réservation, j’avoue ne savoir pas quoi faire, nous nous rendons au Japon en Octobre et comptions profiter d’être là-bas pour faire un saut à Hawaii et Big Island entre autres, dont le secteur de Kapoho et du Volcanoes. On repousse en espérant que les choses se calment et le temps de panser les blessures, mais j’ai le pressentiment que la fissure 8, peu importe le nom qu’ils lui donneront, sera le nouveau Pu’u O’o...

      Tu dois bien connaître Big Island pour y être déjà allée 4 fois (je suis jaloux!), à toi de voir si le reste de l’île est assez intéressante pour y passer 1 semaine, par rapport à ce que tu y a déjà fait. À bientôt! Flo

  5. Author avatar
    Laurence Fernando
    05/06/2018

    Bonjour, Tout est bouclé du 18 au 31 juillet sur Big Island.... 6 nuits à Hilo et 7 à Kona. Je voulais réserver dans le sud de l'ile et tout était plein, on peut dire que sur ce coup j'ai eu de la chance.... Le séjour sur cette ile sera sans doute particulier vu les circonstances. Je vous ferai un retour à ce moment. Merci pour toutes ces précisions

    • Smartrippers avatar
      Smartrippers
      06/06/2018

      Bonjour Laurence, effectivement vous avez eu de la chance pour les hébergements au Volcanoes! La zone est vraiment déserte en ce moment, peu de monde ose s'y aventurer maintenant. La nature s'est vraiment déchaînée cette année à Hawaii :( Nous sommes tellement attristés par la disparition de Kapaho et cela n'a pas l'air de se terminer. Mais heureusement Big Island porte bien son nom et il reste beaucoup de choses à découvrir sur cette île. Les environs d'Hilo sont très intéressants avec une jungle luxuriante sur la côte nord-est. Vous aurez également le temps de faire les randonnées pour découvrir Pololu Valley et Waipio Valley. La côte ouest au nord de Kona est aussi très intéressante avec une multitude de petites plages et baies à découvrir, dont certaines ne sont accessibles qu'à pied. Les évènements vous laisseront plus de temps pour parcourir l'île à un rythme plus tranquille et probablement y faire de belles découvertes! On sera très intéressé d'avoir ton retour d'expérience, en espérant que la situation s'arrange d'ici là.

  6. Author avatar
    Ségot
    31/05/2018

    Bonjour, Nous avons prévus de nous rendre sur Big Island en octobre... Pensez-vous que dans 4 mois la situation sera meilleure ou devons nous partir dans un autre endroit ? merci pour votre réponse, Fanny S

    • Smartrippers avatar
      Smartrippers
      01/06/2018

      Bonjour Fanny, il paraît difficile de statuer tant la situation est délicate sur place et peut rapidement évoluer. D’un point de vue statistique, les événements comparables à ce qu’il se passe actuellement n’ont pas duré plus de 3 mois, donc j’aurai tendance à dire que d’ici 2 mois ça se sera calmé, mais rien n'est sûr car chaque situation est particulière. Après comme dit dans notre article, si votre objectif premier est de visiter le Volcanoes National Park, alors il vaut mieux peut-être reporter ce voyage à un peu plus tard car les zones sensibles risquent de ne pas être ré-ouvertes si le risque d'éruption explosive persiste. D’un autre point de vue, il peut être intéressant de s’approcher des coulées encore chaudes qui sortent des entrailles de la terre actuellement et qui pourraient peut-être être accessibles à pied d'ici là.

      Si votre voyage a pour seul but d'aller sur Big Island, vu l'incertitude, il semblerait plus sage de le reporter pour mieux en profiter. Par contre si vous avez prévu un séjour de plusieurs semaines dans l'archipel, il semblerait judicieux de passer environ 4 à 5 jours sur Big Island, de quoi avoir l'occasion de s'approcher des coulées si elles deviendraient accessibles, mais dans le cas contraire cela vous laissera le temps de pouvoir profiter des alentours de Kona, d'Hilo, du nord de l'île et de passer au Mauna Kea car n'oubliez pas que Big Island possède une incroyable diversité de climats et donc de paysages!! Très bonne journée!

  7. Author avatar
    Leduc Elodie
    27/05/2018

    Coucou ! J'ai beau cherché sur pleins de sites, je n'arrive pas à voir si malgré tout des sites où la lave est visible sont accessibles au public. Est-ce que vous avez pu lire des choses à ce sujet ? On y retournait presque exprès pour voir la lave, et au final, on a peur d'arriver là-haut, là où l'activité est la plus forte depuis des années, et de se retrouver à ne même pas pouvoir voir la lave car les autorités bloquent toutes les issues :'-(( Merci d'avance, Bon dimanche,

    • Smartrippers avatar
      Smartrippers
      28/05/2018

      Bonsoir Élodie, je n’ai vu nul part marqué noir sur blanc que les coulées ou les failles sont inaccessibles, MAIS avec quelques heures de vidéos/reportages visionnés sur YouTube, cela me semble effectivement compromis. L’armée est bien présente et escorte uniquement les journalistes qui veulent s’approcher des zones actives. Même les habitants par qui on a pu avoir les informations et les retours les plus intéressants ont apparemment du mal à se rendre auprès des points chauds et des coulées. Donc dans l’immédiat ça me paraît difficile de pouvoir s’en approcher, à part en bateau où une compagnie pouvait encore se rendre au niveau de l’entrée de la lave dans l’océan il y a 3-4 jours, à confirmer. Tant que la situation continue d'évoluer et ne se stabilisera pas, je crains que les accès soient interdit au public. Flo

Ecrire un commentaire